De tout, de rien et parfois du linge sale lavé en public.
Confessions et tribulations d'une fille qui avait 18 ans lors du premier billet.
Un défouloir comme il n'y en a pas d'autre.

For those who speaks English some articles are translated.
They are all ordered under the section "ENGLISH". Enjoy!

dimanche 8 février 2009

Première entrée en matière

Bonjour ! Hello! Oui, toi qui lis ces quelques lignes en te demandant où tout cela te mènera...

D'abord je sais qu'il faut toujours commencer par le commencement, même si je n'aime pas être une débutante. Je sais que le premier article d'un blog pose les bases et annonce la couleur de l'ensemble.

Je me dis que ce n'est pas très sérieux de se lancer maintenant parce qu'il est 20h42, que je suis dans mon lit avec une grosse paire de chaussette et que ma voisine me prend la tête avec sa musique.

On écrit un blog pour plusieurs raisons, pas forcément indissociables les unes des autres. On peut vouloir être célèbre, on peut penser avoir des avis supra-méga intéressants , on peut être un philosophe, un philanthrope, un artiste ou un banal... mais la seule condition, c'est qu'il faut du public pour s'intéresser à toi (moi).

Si tu es là et que tu as envie de me rassurer je t'attends.

Je conçois avec sagesse qu'aujourd'hui il est difficile de satisfaire le lecteur, tant celui-ci est volatile et zappeur. J'ai peu de prétention quand à mes écrits qui ne sont que de vives pensées dénuées de sens et peut-être même, à mon grand regret par ailleurs, que quelques fautes d'orthographe seront au rendez-vous.

J'espère que si mon professeur de philosophie, à savoir la seule personne qui ait pu me donner des leçons de sagesse, passe par là, il ne trouvera pas que je dénigre de trop la langue française par mes fautes d'orthographe ou que trompe le sens des mots. Pardon.

Je crois que dans ma vie j'ai souvent eu peur.
Des mouches, des vêtements en laine, du riz au lait, des éponges... mais je ne sais pas pourquoi je dis ça. Sans doute car je cherche à savoir si je ne suis pas complètement malade dans ma tête (on ne sais jamais). En partageant mes idées et en attendant des "avis", enfin je saurais... nous ne sommes jamais vraiment objectif quant à nous même.

Je disais donc, je pense que j'ai souvent eu peur. Aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais voulu demandé une sucette au restaurant, un bout de pain à la boulangerie, et contrairement à ce que l'on peut penser j'étais toujours la première à demander des "choses" à la maîtresse.
A partir de là, je crois que tout me destiné à une vie plutôt tranquille sur le plan de la scolarité et à de grandes préoccupations et lacunes dans ma vie sociale. Ce n'était que le début, je m'apprêtai alors à beaucoup pleurer.

J'aime les gens. Pourtant tout me prédestine à ne pas les aimer. Ne sont-ils pourfendeurs de l'ordre, de la politesse et du respect qu'ils ne m'intéressent pas et que je trouve toujours à redire. Je suis surprise de voir que je ne suis pourtant pas toujours aussi dure que ça avec les autres.

Aussi, quand j'étais petite je voulais être blonde et me nommer Barbie. Aujourd'hui j'adore mon prénom, même si :

Paris

ou encore :En quelques points :
J'aime manger et cuisiner de bon petit plats pour ceux que j'aime ;
Je suis curieuse de tout et volontiers opportuniste ;
J'ai de l'imagination ;
Je suis assez drôle ;
J'aime aimer, mais j'aime aussi que l'on me foute la paix ;
Je suis fidèle en amour comme en amitié et je privilégie la qualité à la quantité ;
Je suis d'une nature méfiante et j'attaque toujours la première lorsque je me sens menacée (je suis une guêpe, donc) ;
Je supporte mal la moquerie et les reproches ;
Mon cynisme est décapant et je suis diablement critique : Lou m'a dit une fois qu'elle enviait ma répartie tueuse.

1 commentaire:

Mlle Mandarine a dit…

Et bien nous voilà ! Enfin me voilà en tout cas...

Quelle curieuse entrée en matière que celle-ci, d'une franchise telle qu'on pourrait la prendre pour de la prétention, et pourtant.. On te reconnaît bien là. ;)

Je garde aussi souvenir marquant de ce professeur de philosophie, ce "petit maître désenchanteur", comme on dit...

Il me faut à présent aller travailler, mais je repasserai à l'occasion d'un nouvel article pour voir d'un peu plus près cette personne que tu es devenue. En espérant que ma venue ici ne te dérange pas... ;)